Passer au contenu principal

Principales questions et réponses

Le régime enregistré d’épargne-retraite (REER) est le premier choix de la majorité des Canadiens lorsqu’il est question d’épargne aux fins de la retraite. Un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) peut également servir d’outil d’épargne-retraite, mais il offre en outre la souplesse requise pour atteindre des objectifs à court terme.

Voici comment le REER et le CELI se comparent :

  • Dans un REER, l’impôt à payer sur votre épargne est différé, tandis que la croissance de votre épargne détenue dans un CELI est exempte d’impôt.
  • Les cotisations à un REER sont déductibles d’impôt, ce qui vous aide à payer moins d’impôt durant les années où votre revenu est élevé. Les cotisations à un CELI ne sont pas déductibles aux fins de l’impôt.
  • Vous devez avoir un revenu pour pouvoir cotiser à un REER. Dans le cas d’un CELI, vous pouvez y cotiser même si vous ne travaillez pas et que vous ne gagnez pas de revenu.
  • Vous ne pouvez pas cotiser à votre REER après 71 ans, tandis que vous pouvez cotiser à un CELI à vie.
  • Les retraits d’un CELI ne sont jamais imposables. Les sommes retirées d’un REER sont imposables l’année du retrait.

Pour comparer d’autres caractéristiques et avantages de ces régimes, voir CELI, REER et Épargne @ intérêt élevé.

En évitant les placements effectués sous le coup de l’émotion, en respectant des principes éprouvés et en ajustant votre plan pour les bonnes raisons, vous pourrez atteindre vos objectifs plus facilement.

  • Ne soyez pas émotif. Sous l’influence des manchettes négatives et de l’instabilité du marché, il peut être tentant de modifier un plan de placement bien conçu. La liquidation de votre portefeuille pourrait vous rassurer, mais une telle décision pourrait vous faire perdre des occasions et vous empêcher de réaliser vos objectifs de placement à long terme.
  • Suivez ces principes
    Faites preuve de discipline en suivant les cinq principes d’un placement réussi :
    • Investir tôt
    • Investir régulièrement
    • Investir suffisamment
    • Miser sur la diversification
    • Se doter d’un plan

    Renseignez-vous sur ces principes

  • Ajustez votre plan au besoin
    Votre plan de placement devrait être dynamique, et non statique. Voici trois « leviers » que vous pouvez ajuster au fil des ans en fonction de l’évolution de vos besoins.
    - Premier levier : le montant investi
    Vous craignez de ne pas amasser assez d’argent pour atteindre vos objectifs ? Envisagez de modifier le montant de vos cotisations périodiques. Même une faible augmentation peut avoir un effet important à long terme.
    - Deuxième levier : l’horizon de placement
    Vous pouvez éloigner ou rapprocher votre horizon de placement selon vos besoins. Si vous souhaitez avoir plus de temps pour constituer votre patrimoine, vous pouvez par exemple reporter votre départ à la retraite ou recommencer à travailler.
    - Troisième levier : Le degré de risque de votre portefeuille
    Ce levier doit être déplacé avec prudence, car votre profil de risque est au cœur de votre plan de placement. La meilleure mesure à prendre à cet égard consiste à passer régulièrement votre portefeuille en revue avec votre planificateur financier.

Votre retraite sera aussi unique que vous. Les voyages, les sports, les activités... Personne ne combinera ces éléments de la même façon que vous. Votre plan de retraite devrait être tout aussi personnalisé.

Après tout, les régimes de prestations de retraite, les considérations fiscales et les priorités varient d’une personne à une autre. Voilà pourquoi vous devez miser sur une approche personnalisée qui vous permet d’obtenir un revenu régulier lorsque vous cessez de toucher un salaire.

Le recours aux services d’un planificateur financier RBC constitue un moyen très simple pour commencer à élaborer votre plan de retraite. De plus, vous pouvez utiliser les documents suivants pour bien préparer vos discussions :

La signification de la retraite varie selon les personnes, et possiblement pour vous et votre conjoint. N’attendez pas que la retraite soit imminente ; discutez dès aujourd’hui avec votre conjoint pour connaître ses attentes à l’égard de la retraite.

Commencez du bon pied en utilisant notre outil interactif Votre avenir à définir®.

Votre avenir à définir est une démarche exploratoire que vous pouvez faire en ligne et avec un planificateur financier RBC. En vous posant les bonnes questions, nous vous aiderons à déterminer ce qui aura le plus d’importance pour vous et votre conjoint à la retraite. Faites-en l’essai aujourd’hui !

Choisir le bon moment pour convertir votre FERR est très important, car cela a une incidence sur la somme d’impôt à payer et sur vos prestations gouvernementales.

Vous devez convertir votre REER en FERR ou en rente (ou l’encaisser, mais cela n’est généralement pas recommandé) avant le 31 décembre de l’année de votre 71e anniversaire. Vous pouvez aussi faire la conversion avant si vous avez besoin d’un revenu.

Comme les versements d’un FERR comptent comme un revenu imposable l’année où vous les touchez, ils sont ajoutés à vos « autres revenus » aux fins de l’impôt. Après la conversion en FERR, vous devez retirer un montant minimum chaque année, et celui-ci sera assujetti à l’impôt. Vos retraits peuvent aussi réduire certaines prestations gouvernementales, notamment la Sécurité de la vieillesse (SV).

Pour obtenir de l’aide afin de déterminer quel serait le moment idéal pour convertir votre REER, parlez à un planificateur financier RBC. Il ou elle sera en mesure de vous aider à comprendre les options qui s’offrent à vous, et pourra vous recommander des stratégies pour tirer le maximum de votre revenu.

Lorsque vous prenez votre retraite, votre revenu peut provenir d’au moins quatre sources différentes :

  • Les prestations gouvernementales, notamment la Sécurité de la vieillesse (SV) et le Régime de pensions du Canada ou le Régime des rentes du Québec (RPC/RRQ)
  • Les régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER) et les fonds enregistrés de revenu de retraite (FERR)
  • Le(s) régime(s) de pension d’entreprise
  • L’épargne personnelle et les placements que vous pourriez détenir

Pour obtenir des conseils vous permettant de tirer le maximum de votre revenu de retraite, consultez les ressources suivantes :

La décision de prendre un logement de taille adéquate ou de vendre votre maison n’est pas toujours facile à prendre. Avant de prendre une telle décision, assurez-vous d’avoir de bonnes raisons, d’avoir bien réfléchi à l’incidence de cette décision sur votre style de vie et sur vos objectifs de retraite, et d’avoir pris en compte tous les frais liés à la vente et au déménagement.

Pour plus de précisions sur cette importante question, voyez notre Étude de cas sur l’acquisition d’un logement plus petit et les éléments à prendre en considération avant de vendre votre maison.

L’amélioration des habitudes de vie et des soins de santé a porté l’espérance de vie à des sommets sans précédent. Aujourd’hui, un retraité de 65 ans en bonne santé a de fortes chances de vivre jusqu’à 81 ans. Pour le couple où les deux conjoints sont en forme et âgés de 65 ans, il y a de fortes chances qu’au moins l’un d’eux dépasse le seuil des 90 ans.

Il est bien sûr impossible de déterminer avec exactitude la durée de vie d’un retraité, mais il est assurément judicieux de planifier en vue d’une retraite de longue durée. Dans la plupart des cas, pour vous préparer à un grand nombre de possibilités, vous devriez planifier en fonction d’un horizon de 30 ans ou plus.

Pour vous assurer que votre revenu durera aussi longtemps que vous en aurez besoin, communiquez avec un planificateur financier RBC dès aujourd’hui.

Les impôts sont un élément important de la planification du revenu de retraite. Il en est ainsi parce que votre revenu proviendra davantage de votre épargne personnelle et des distributions tirées de vos placements qui sont imposés à différents taux. Ce fait pourrait avoir une grande incidence sur l’argent que vous pourrez dépenser à la retraite après paiement des impôts.

Le tableau ci-dessous indique le revenu après impôts provenant de divers types de sources.

It's not what you earn - it's what you keep. For every $1,000 in annual pre-tax cash flow, how much is left after tax? Interest: $650. Capital Gains: $825. Canadian Dividends: $862. Return of Capital: $1,000. Based on an investor with a 35% marginal tax rate. Note: Return of capital distributions are not taxable in the year they are received, but do lower your adjusted cost base, which could lead to a higher capital gain or smaller capital loss when the investment is eventually sold.

Avec une planification judicieuse, vous parviendrez peut-être à reporter l’impôt exigible sur le revenu provenant de votre épargne personnelle. Renseignez-vous auprès d’un planificateur financier RBC pour créer un plan de revenu de retraite qui vous offrira le revenu dont vous avez besoin, de la façon la plus fiscalement avantageuse possible.

Pour de nombreux Canadiens à la retraite, la santé (et les coûts liés aux soins de santé) peut devenir très préoccupante à un certain moment. Il se peut que plusieurs dépenses ne soient pas prises en charge par le régime d’assurance maladie provincial et que vous deviez ainsi payer d’autres frais imprévus. Pour vous préparer à assumer d’éventuels frais de santé futurs, il est recommandé qu’une partie de vos placements soit liquide et facilement convertible en revenu au moment où vous pourriez avoir besoin de fonds supplémentaires. Vous pouvez aussi établir un compte d’épargne d’urgence qui vous permettra d’accéder facilement à vos fonds.

L’établissement d’un mandat en cas d’inaptitude s’il vous arrivait d’être frappé d’une incapacité physique ou mentale est aussi très important et vous permet de protéger vos intérêts en désignant une personne qui s’occupera de vos affaires en cas d’incapacité (la procuration ou le mandat au Québec).

De plus, vous serez mieux préparé si vous évaluez votre mode vie, par exemple en vous demandant si vous devriez opter pour un logement plus petit.

La retraite est une période de changements. Le recours aux services d’un planificateur financier RBC peut vous aider à vivre la meilleure retraite qui soit, tout en vous préparant aux éventuels changements de votre état de santé.

Comme bon nombre de gens, vous croyez peut-être que, si vous étiez frappé d’incapacité mentale ou physique, votre conjoint ou votre partenaire pourrait simplement agir en votre nom. Mais il n’en est pas ainsi. Sans ordonnance de la cour ni procuration permanente, les membres de votre famille ne pourront pas gérer vos finances.

Une procuration permanente (ou mandat homologué au Québec) donne à une personne de confiance le pouvoir de prendre des décisions en votre nom.

Vous pouvez établir une procuration pour que cette personne prenne des décisions relatives à vos finances, et en établir une autre (directives anticipées de fin de vie) donnant à cette personne le pouvoir de prendre des décisions, en votre nom, en matière de soins personnels ou de soins de santé. Vous pouvez également y inclure une liste des interventions d’ordre médical que vous accepteriez. Dans les territoires où le testament biologique ne peut s’appliquer, la procuration est un moyen efficace pour faire connaître vos volontés.

Pour en savoir plus au sujet des procurations et de la planification successorale, voir En quoi consiste la planification successorale et pourquoi est-ce important ?

Pour vivre une partie de l’année aux États-Unis, il ne suffit pas de remplir une valise de vêtements d’été et de monter à bord d’un avion. Plusieurs éléments importants sont à prendre en compte avant de devenir un retraité-voyageur. Outre décider quoi emporter, on doit notamment se renseigner sur la durée maximum du séjour avant de devenir assujetti à l’impôt américain et de perdre sa protection d’assurance maladie provinciale.

Pour en savoir plus, voir Vous rêvez d’une retraite au soleil ?