Skip to main content

Émotions et argent : l’aspect personnel des finances personnelles

Par Keph Senett

Publié le août 17, 2023 • 5 min de lecture

L’argent et les finances peuvent susciter des émotions fortes chez de nombreuses personnes, et ces émotions peuvent guider leur prise de décisions sans qu’elles ne s’en rendent compte. En règle générale, opter pour une approche réfléchie plutôt qu’émotionnelle en matière de dépenses permet de prendre de meilleures décisions financières. Lisez la suite pour en savoir plus sur la façon dont les émotions peuvent influencer votre rapport à l’argent.

La relation que vous entretenez avec vos finances

Bien des gens voient l’argent comme un simple outil leur permettant d’atteindre leurs objectifs. Le problème, c’est qu’ils ne tiennent pas compte de l’aspect personnel de leurs finances. Selon l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, les soucis d’argent sont la principale source de stress, plus que le travail, la santé personnelle et les relations interpersonnelles. L’indice de stress financier 2023 de FP Canada révèle que l’argent demeure une source majeure de stress et que l’anxiété, la dépression et les problèmes de santé mentale sont les principaux effets négatifs du stress financier sur la vie des Canadiens. Nous avons tous des émotions à l’égard de l’argent. Ces émotions peuvent provenir de l’enfance ou d’influences familiales, et elles se développent et évoluent tout au long de notre vie. C’est une dynamique que Prudy Gourguechon, ancienne présidente de l’American Psychoanalytic Association, qualifie de relation. Comme elle l’a écrit dans Forbes, « Votre argent […] n’est pas une entité fixe, mais plutôt un ensemble de points de données, de défis et d’occasions autour desquels vous gravitez, avec lesquels vous interagissez et par rapport auxquels vous ressentez des émotions. Vous prenez des décisions concernant votre argent qui ont des répercussions sur votre situation financière, et ces répercussions, à leur tour, influencent réciproquement vos sentiments et vos comportements futurs. » En d’autres termes, les finances peuvent susciter des émotions, et les émotions peuvent influencer les décisions que vous prenez en ce qui a trait à votre argent.

Un examen plus approfondi des émotions liées à l’argent

Parmi les émotions positives liées à l’argent, mentionnons les sentiments de sécurité, de liberté, d’indépendance et de tranquillité d’esprit. Nous cherchons bien sûr tous à ressentir ces sentiments, mais notre santé financière ne représente qu’une partie de l’équation. L’argent ne suffit pas à lui seul. Les émotions négatives liées à l’argent comprennent le stress, l’anxiété, la honte et la peur. Vos réactions à ces sentiments peuvent empirer votre situation. Certaines personnes réagissent au stress et à l’anxiété en évitant complètement le problème, par exemple en refusant de consulter leurs factures, en évitant de vérifier leurs soldes ou en dépensant de manière excessive pour masquer leurs soucis.

Concilier finances et émotions

Même si vous avez l’impression que votre bien-être émotionnel dépend de vos finances, les choses sont en fait un peu plus complexes. Il peut être utile d’examiner votre rapport à l’argent pour voir comment vous pouvez améliorer votre vision des choses.
  • Faites face aux problèmes d’argent familiaux. Chaque famille a son histoire liée à l’argent, et ces histoires alimentent notre façon d’être. Il vaut la peine de réfléchir à ce que l’on vous a enseigné au sujet de l’argent lorsque vous étiez jeune, et de réévaluer ces croyances.
  • Cernez vos peurs et réfléchissez à leur origine. Efforcez-vous d’évaluer votre situation actuelle de manière réaliste, et réfléchissez à ce que vous pourriez faire pour l’améliorer.
  • Efforcez-vous de comprendre les liens potentiels entre le stress et certains comportements, comme l’évitement. Essayez de cerner vos habitudes et établissez un plan d’action.
L’objectif n’est pas la perfection, mais plutôt la connaissance de soi. Plus vous comprendrez vos propres émotions en ce qui concerne vos finances, mieux vous serez en mesure d’élaborer un plan. Voici quelques pistes pour commencer :
  • Examinez vos factures. Cela pourrait être difficile si l’évitement est votre stratégie actuelle, mais comprendre votre situation pourra vous aider à progresser.
  • Établissez un budget réaliste. Notez vos revenus et vos dépenses. Déterminez si vos dépenses relèvent de besoins ou de souhaits afin de clarifier vos priorités, mais ne rejetez pas complètement vos souhaits. Vous serez plus enclin à respecter votre plan s’il prévoit une petite gâterie occasionnelle.
  • Récompensez-vous, ne serait-ce qu’un peu. Lorsque l’argent suscite des émotions, il n’est pas rare que l’on oublie l’épargne. Le problème, c’est que tant que vous n’aurez pas de fonds d’urgence (ou de REER, ou de REEE pour vos enfants, ou tout autre objectif d’épargne que vous pouvez vous fixer), vous risquez de toujours vous sentir à la traîne. Essayez de mettre de côté une partie de chaque paie, ne serait-ce qu’un montant modeste.
  • Travaillez avec un professionnel de la finance. Les professionnels de la finance peuvent vous aider à mettre en place des stratégies pour vous procurer la tranquillité d’esprit au fil du temps.
Si vous avez des soucis d’argent, vous n’êtes pas seul. Les soucis d’argent peuvent toucher les Canadiens de tous horizons. Donnez-vous les moyens d’établir un rapport positif à l’argent afin de profiter de la tranquillité d’esprit que procure la prise de décisions financières réfléchies pour vous et votre famille.

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.

Partager cet article

Sujets:

Gestion de l'argent