Skip to main content

Pour intégrer la diversité et l’inclusion, il faut se concentrer sur la chaîne logistique

Par Jane Robinson

Publié le juin 13, 2024 • 7 min de lecture

Bien que la diversité et l’inclusion puissent s’appliquer à tous les secteurs d’activité, nous présentons un secteur sur lequel il convient de se concentrer : la chaîne logistique.

Les entreprises qui cherchent à intégrer la diversité et l’inclusion doivent s’efforcer d’obtenir des résultats significatifs.

Michelle Needles est vice-présidente directrice, Services pour les occupants chez Colliers, une société multinationale de services immobiliers et de gestion des investissements, et a mené des actions en matière de diversité et d’inclusion avec des clients qui veulent mettre en œuvre des changements dans ce domaine. Elle affirme qu’une intention sans action est nuisible, car l’intention seule ne crée pas d’occasions pour les collectivités qu’elle est censée faire avancer.

Une chaîne logistique diversifiée peut élargir les retombées qu’une entreprise peut avoir en matière de diversité et d’inclusion tout en soutenant les entrepreneurs sous-représentés. L’essentiel est d’établir des relations contractuelles avec des fournisseurs qui sont détenus, exploités et contrôlés à au moins 51 % par des personnes issues de groupes sous-représentés, dans le but de créer des alliances durables.

Elle contribue également à la rentabilité d’une entreprise. En fait, des études ont montré que les fournisseurs appartenant à des membres des minorités et à des femmes permettent aux entreprises d’économiser 8,5 % de leurs coûts annuels.

« Quelle que soit l’entreprise, la diversité parmi les employés et les collaborateurs apporte de nouvelles façons de penser, de nouvelles perspectives, des approches différentes pour résoudre les problèmes et de nouveaux niveaux d’innovation », explique Michelle.

Créer une chaîne logistique axée sur la diversité et l’inclusion

Comme pour toute stratégie d’entreprise, il peut être difficile d’établir quelles sont les priorités au départ. Une première étape consisterait à élaborer un code de conduite pour les fournisseurs, articulant les valeurs en matière de diversité et d’inclusion, communiquant les attentes et servant de fondement aux relations.

Michelle suggère de commencer par déterminer les données en matière de diversité et d’inclusion dont dispose une entreprise relativement à la main-d’œuvre et aux dépenses et de les utiliser pour fixer des références. Ce processus permet de faire connaître les objectifs et de s’assurer que les équipes responsables des décisions ayant un effet sur ces mesures (généralement celles des ressources humaines, de l’approvisionnement et des secteurs d’activité concernés) sont bien informées.

« Il est important d’établir des mesures dès le départ pour comprendre où commence le programme, comment il se développe et quels ajustements doivent être faits pour progresser et s’adapter au fur et à mesure de la réalisation des progrès », explique Michelle.

Comment trouver des fournisseurs issus de la diversité ? Si l’autocertification est de plus en plus reconnue, la recherche de fournisseurs certifiés est une pratique courante pour les organismes gouvernementaux, considérés depuis longtemps comme des chefs de file dans ce domaine. Les entreprises peuvent consulter les membres de la Supplier Diversity Alliance Canada ou les entités de certification reconnues par la Chambre de commerce des États-Unis. Ils peuvent également décider de faire appel à un consultant en approvisionnements répondant aux critères de la diversité connaissant la collectivité locale afin d’identifier les sous-traitants convenant le mieux. Ils peuvent rechercher des sous-traitants potentiels inscrits sur des plateformes comme Supplier.io, qui sont conçues pour mettre en relation des fournisseurs répondant aux critères de la diversité avec différents types d’entreprises.

Michelle explique qu’une façon de cultiver des relations durables avec ces fournisseurs est d’aller au-delà des dépenses initiales et de soutenir ces entreprises répondant aux critères de la diversité par d’autres moyens.

« Une stratégie consisterait à cultiver leurs talents dans la mesure du possible, en leur proposant des formations et des mentorats, ou en examinant leurs plans afin d’identifier les moyens d’atteindre leurs propres objectifs en matière de diversité et d’inclusion », explique-t-elle.

Pour vraiment changer la donne en matière de diversité et d’inclusion, les entreprises peuvent regarder au-delà des dépenses de leurs principaux fournisseurs et s’intéresser aux dépenses des autres. La collaboration avec des fournisseurs désireux d’accorder la priorité à l’inclusion dans leurs propres chaînes logistiques permettra d’élargir encore cet effort. Plus les dépenses liées à la diversité peuvent être suivies dans la chaîne logistique, plus une entreprise peut affirmer qu’elle soutient les économies et les collectivités locales

Cummins est l’un des clients de Colliers qui se sont engagés à faire progresser la diversité et l’inclusion et est membre de la Billion Dollar Roundtable (reconnaissant les entreprises ayant au moins 1 milliard $ US de dépenses annuelles auprès de fournisseurs répondant aux critères de la diversité).

« Lorsque nous cherchions un partenaire immobilier mondial, nous avons mis les entreprises au défi de proposer des solutions créatives qui nous aideraient à remplir notre mission de recherche de fournisseurs répondant aux critères de la diversité », explique Gabrielle Woolley, directrice générale, Immobilier mondial chez Cummins. « Le plus important est qu’une stratégie soit réalisable à long terme, alors que nous pénétrons dans une nouvelle région et que nous y construisons une nouvelle chaîne logistique répondant aux critères de la diversité. »

Michelle et Colliers ont développé un logiciel de veille stratégique afin que Cummins puisse analyser son pipeline d’opérations et cartographier les endroits où ils pourraient embaucher des courtiers répondant aux critères de la diversité au cours des deux prochaines années. Colliers a également aidé Cummins à mettre en place des conventions équitables de partage des honoraires afin de stimuler davantage ces groupes sous-représentés.

« Nous avons constaté que les relations avec nos fournisseurs fonctionnent mieux lorsque nous nous efforçons de respecter ce principe directeur en matière de diversité », explique Gabrielle. « S’engager de la sorte en faveur de la diversité et de l’inclusion revient en fin de compte à vouloir avoir un effet significatif et à s’assurer que cela fait partie de la stratégie. »

Michelle reconnaît que le chemin vers la concrétisation des engagements en matière de diversité et d’inclusion ne consiste pas seulement à économiser de l’argent. « Avec Cummins, nous avons cherché à créer un partenariat plus inclusif, en apportant les outils dont l’entreprise a besoin pour atteindre ses objectifs, et en utilisant ses engagements en matière de diversité et d’inclusion pour sensibiliser davantage à ces questions dans notre propre organisation. »

Une politique efficace en matière de diversité et d’inclusion englobe tous les domaines de l’entreprise. Ne perdez pas de vue les facteurs externes, notamment la chaîne logistique, afin d’assurer une stratégie exhaustive.

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.

Partager cet article

Sujets:

Chaîne d'approvisionnement