Skip to main content

Commencer à investir en cinq étapes

Par RBC

Publié le janvier 11, 2022 • 4 min de lecture

Puisque les investisseurs sont tous différents, il n’existe pas de règles universelles à suivre pour effectuer des placements. Toutefois, certains principes directeurs peuvent vous aider à atteindre vos objectifs.

Les conseils qui suivent vous permettront de déterminer la voie à suivre dans votre parcours d’investisseur.

1re étape : Définir vos objectifs

L’établissement de vos objectifs peut vous paraître difficile. Il est toutefois important de les définir clairement pour pouvoir les atteindre. Cela vous permettra de prendre votre vie financière en main et de maintenir votre motivation d’investisseur. Vous pouvez avoir un objectif à court terme, comme la constitution d’un fonds d’urgence ou d’un budget de vacances, ou encore le versement d’une mise de fonds hypothécaire ou d’un dépôt sur une nouvelle voiture. Vos objectifs à plus long terme peuvent comprendre votre épargne retraite ou le financement des études de vos enfants. Comme les objectifs financiers sont propres à chacun, prenez le temps de réfléchir à ce qui vous importe personnellement. Il est également bon de vous rappeler que vos objectifs n’ont pas à être immuables. Vous pouvez vous fixer des objectifs pour mettre la machine en marche, puis les revoir ultérieurement pour vous assurer qu’ils sont toujours pertinents.

2e étape : Évaluer combien vous pouvez investir

Ici, il est essentiel de connaître vos entrées et vos sorties d’argent mensuelles. L’établissement d’un budget peut vous permettre de déterminer plus clairement où va votre argent, et combien vous pouvez mettre de côté pour effectuer des placements. On croit souvent qu’il faut de grosses sommes pour commencer à investir, mais ce n’est pas le cas. Vous pouvez choisir le montant qui vous convient – même des placements modestes peuvent générer des sommes importantes au fil des ans, grâce à la magie des intérêts composés. De plus, vous pouvez toujours revoir le montant de vos placements si votre situation change. Le plus important, c’est de passer à l’action.

3e étape : Déterminer votre style d’investissement

Même si vous ne savez pas encore comment vous prendrez vos décisions de placement, vous serez peut-être rassuré de savoir qu’il n’existe pas d’approche universelle. Il s’agit de voir ce qui vous convient. Vous pouvez par exemple vous appuyer sur l’avis d’un conseiller de succursale bancaire, ou encore prendre vos décisions de façon entièrement autonome. Vous pouvez aussi opter pour une solution rapide et facile en ligne, en laissant des experts choisir et gérer vos placements pour vous. Par ailleurs, vous n’avez pas à vous limiter à un seul style de placement. De nombreux investisseurs optent pour plusieurs services de placement afin de combler tous leurs besoins.

4e étape : Choisir vos comptes et vos placements

Maintenant que vous avez précisé votre style d’investissement, il est temps d’étudier les types de comptes et de placements qui peuvent vous convenir. Quelle est la différence entre les comptes et les placements ? Imaginez les types de comptes comme des contenants, et les placements, comme ce que vous mettez dans ces contenants. Vous pouvez détenir des comptes de placement enregistrés ou non enregistrés. Les comptes enregistrés, comme le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) et le régime enregistré d’épargne-retraite (REER), comportent des avantages fiscaux qui vous aident à épargner pour l’avenir. De leur côté, les comptes non enregistrés ne sont pas admissibles à l’impôt différé ni à l’exemption d’impôt. En ce qui concerne les types de placement, les choix qui s’offrent à vous sont nombreux : certificats de placement garanti (CPG), fonds communs, fonds négociés en bourse (FNB), et actions. La composition de votre portefeuille dépendra largement de votre tolérance au risque, de vos objectifs, et du temps que vous avez devant vous pour atteindre ces objectifs.

5e étape : Trouver votre zone de confort

Il s’agit de déterminer le niveau de risque que vous êtes prêt à tolérer. Ici, on ne parle pas de sauter en parachute, mais bien des pertes éventuelles découlant de vos placements. Chaque type de placement s’accompagne d’un niveau de risque propre.Votre tolérance au risque d’investissement est susceptible d’avoir une incidence sur les types de placement que vous effectuez et la répartition de votre portefeuille de placements.

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.

Partager cet article

Sujets:

CELI Épargne REER

À lire ensuite